Quand les coupons rabais deviennent une économie souterraine…

toonies 1237981 640x960J’ai débuté mon site de couponing en mai 2011.  J’étais un des seuls sites web et page Facebook de couponing en français au Québec.  J’ai dû par la situation afficher des aubaines sans coupons et des façons d’économiser parce que les coupons sont très difficiles d’accès.

Depuis 3 ans la situation a dégénérée…  Certaines personnes arrachent littéralement les coupons sur les tablettes dès qu’ils sont posés. Les coupons rabais se retrouvent dans des groupes privés d’échanges de coupons en quantité industrielle. Et ceci à l’échelle Canadienne.

La dernière option à la mode est de « vendre » des coupons rabais. Je m’explique, les personnes ont 150, 200 ou 250 coupons, elles les offrent contre une carte cadeau de 25$. Ça c’est sans compter les petites annonces en ligne sur Kijiji ou Ebay qui vendent des coupons.

Les manufacturiers n’ont pas l’air de s’en faire. Ce qui en résulte est que les gens normaux qui veulent faire du couponing de façon normale sans exagérer se retrouvent sans coupons sur les tablettes des magasins. Certains livreurs de Publisac font même le « ménage » de leurs sacs et retirent les encarts Utilisource, Redplum ou P&G avant de les livrer. Les coupons se retrouvent entre les mains d’un petit groupe de personnes et la majorité des gens ne peuvent les recevoir. Donc la clientèle visée ne les reçoit pas.

Beaucoup de gens utilisent les coupons pour les aider à faire baisser le montant de la facture d’épicerie qui monte. La majorité des gens n’ont pas de « bunker » mais une petite réserve.

Donc les manufacturiers ne s’en font pas que leurs produits se retrouvent dans le sous-sol d’une minorité. Ce qui à mon avis, n’est pas un marketing efficace.

La seule lumière que je vois au bout du tunnel c’est les applications mobiles. Tout le monde peut obtenir un rabais et c’est plus difficile de frauder parce que les remboursements sont faits par chèque ou directement au magasin.

Zweet, Checkout 51, Snap et Coupgon sont l’avenir et j’espère que les manufacturiers le réaliseront avant qu’il ne soit trop tard et qu’ils aient rempli des bunkers de produits…

Les applications offrent plein d’informations sur la clientèle qui achète. On peut savoir qui achète, quand et en quelle quantité. Les coupons rabais papier n’offrent pas cette option.

Moins de fraude également pour les magasins. Il n’est pas possible de photocopier des offres mobiles et les magasins n’ont pas aucune manipulation à faire ce qui fait moins d’attente et de soupirs aux caisses!

Merci d’avoir pris le temps de me lire et partagez l’information à vos contacts c’est apprécié.

Lili Marchand, gestionnaire du site OnMagasine.ca

** Article partagé de LinkedIn

Laisser un commentaire

Back To Top